Forum Francophone du jeu de carte évolutif Le Seigneur des Anneaux
 
PortailAccueilRechercherSdA JCE TVConnexionS'enregistrer

Partagez

Méthodes d'évaluation de decks

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Noodles
Maréchal de la Marche
Noodles


Date d'inscription : 02/04/2013

Méthodes d'évaluation de decks Empty
MessageSujet: Méthodes d'évaluation de decks Méthodes d'évaluation de decks EmptyJeu 17 Aoû 2017 - 14:16
Introduction

Phosgène m'avait demandé un post sur le sujet de l'évaluation d'un deck. Je vois que Rouxxxor s'intéresse aussi à ce sujet. Voici donc des méthodes d'évaluation que j'ai employé ou continue d'employer.

Sans considération de sphère, je considère que le jeu propose 3 catégories de cartes joueurs  :

  • les cartes génératrices : ces cartes fournissent de la Volonté ou de l'Attaque. Dans cette catégorie on retrouve bien sûr les Héros et les Alliés mais aussi des Attachements et des Evénements
  • les cartes supports : ces cartes assurent la logistique de déploiement du deck. Elles favorisent la mise en jeu des cartes génératrices.
  • les cartes protectrices : ces cartes permettent de maintenir en jeu les cartes génératrices.

A minima un deck pourra fonctionner avec uniquement des cartes génératrices, cependant il améliorera son déploiement s'il a des cartes supports et restera en jeu s'il a des cartes protectrices. Un équilibre entre ces 3 types de cartes est à trouver pour avoir un "bon" deck.

J'ai employé 3 méthodes différentes d'évaluation d'un deck :

  1. la méthode empirique
  2. la détermination de grandeur
  3. la méthode expérimentale
Revenir en haut Aller en bas
Noodles
Maréchal de la Marche
Noodles


Date d'inscription : 02/04/2013

Méthodes d'évaluation de decks Empty
MessageSujet: Re: Méthodes d'évaluation de decks Méthodes d'évaluation de decks EmptyJeu 17 Aoû 2017 - 14:17
Méthode empirique : Qui s’appuie exclusivement sur l’expérience et l’observation. Qui s'appuie sur l'expérience et non sur la théorie.

C'est la méthode pifométrique par excellence. Je prends un deck et je le joue ! Simple, non ?

Euh... ça mérite le titre de méthode ça ? Hé ben non mon cochon ! pig

Pour avoir un ressenti valable du fonctionnement d'un deck et s'en faire une évaluation pifométrique encore faut il jouer ce deck un nombre conséquent de fois sur une même quête et jouer d'autres decks un nombre également conséquent de fois sur cette même quête. Là le ressenti sur le fonctionnement du deck commencera à être recevable. Et on pourra le "comparer" aux autres decks qui auront suivis la même méthode. On peut mesurer le score atteint à la fin de chacune des parties pour ajouter un élément de grandeur à la méthode pifométrique.

Un nombre conséquent de fois c'est quoi ? Je dirais au moins 10 parties. Après quand on connaît vraiment la quête jouée, si les plus grandes difficultés sont surmontables pas besoin de s'astreindre à jouer le nombre réglementaire de parties.

Deux écoles s'affrontent : les tenants du "il faut tester le deck sur une quête dure, si je gagne souvent c'est que j'ai un bon deck !" et les tenants du "il faut tester sur une quête simple, si je perds souvent c'est que j'ai un mauvais deck !"

Je suis plutôt de la deuxième école, j'ai donc jouer à en user mes protèges cartes : "Passage dans la forêt noire" (quête numéro 1 de la boite de base) ; "Rencontre à Amon Din" (quête numéro 3 du cycle 3) et "A la poursuite de Gollum" (quête numéro 1 du cycle 1).


Dernière édition par Noodles le Jeu 17 Aoû 2017 - 14:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Noodles
Maréchal de la Marche
Noodles


Date d'inscription : 02/04/2013

Méthodes d'évaluation de decks Empty
MessageSujet: Re: Méthodes d'évaluation de decks Méthodes d'évaluation de decks EmptyJeu 17 Aoû 2017 - 14:17
La détermination de Grandeur : Grandeur, propriété d'un phénomène, d'un corps ou d'une substance, que l'on peut exprimer quantitativement sous forme d'un nombre et d'une référence.

En utilisant des grandeurs, on s'éloigne de l'empirisme dont les résultats restent dépendants du ressenti de Pierre, Paul, Jacques ce qui ne satisfait pas mon esprit cartésien.

Les grandeurs sont des valeurs numériques qui caractérisent un deck. Pour se simplifier la vie, il convient de commencer à utiliser des outils : un simple tableur (type MS Excel – OpenOffice Calc) fera l'affaire car les données proposées par le jeu sont en nombre réduits. Je caractérise chaque carte par son coût, sa génération de volonté, attaque, défense,  sa quantité, son unicité, sa sphère, son type, son nom, son texte et ses 3 traits. En tout 14 champs pour une carte, ça ne casse pas 3 pattes à un canard !


1 La fluidité

Aux 14 caractéristiques d'une carte j'en ajoute une 15ème quand elle rejoint un deck : sa fluidité de mise en jeu que j'appelle simplement sa fluidité. Je définis la fluidité comme étant le nombre de ressources générées par tour dans la sphère de la carte considérée divisé par le coût de la carte.

Exemple : prenons la carte Intendant du Gondor qui coûte 2 ressources Commandement

1) dans un deck Aragorn, Théodred, Beravor sa fluidité sera 2 / 2 = 1
2) dans un deck Aragorn, Dénéthor, Béravor sa fluidité sera 1 / 2 = 0,5
3) dans un deck Dénéthor, Béravor, Glorfindel sa fluidité sera de 0 / 2 = 0

Je m'efforce de prendre des cartes issues du coreset pour que les exemples soient parlant pour tous les joueurs.

Question : dans un deck Aragorn, Théodred, Gloin quelle sera la fluidité de l'Intendant du Gondor ?
Il y a un piège, la fluidité d'une carte ne peut pas être supèrieure à 1, d'après ma définition sa fluidité serait de 3 /2 = 1,5 mais dans ce cas, faisons une entorse aux calculs algébriques communs et prenons 3 / 2 = 1.

Ce que représente la fluidité c'est la possibilité de mettre en jeu une carte quand je l'ai en main en tenant compte de ma génération de ressource adéquate. Avec une fluidité de 0, une carte ne sera jamais mise en jeu de ma main, avec une fluidité de 1 je pourrai toujours jouer cette carte de ma main et pour finir si la fluidité est comprise entre 0 et 1, cela signifie que cette carte nécessite que je fasse de l'économie de ressources adéquates pour pouvoir être mise en jeu.

Maintenant que nous avons défini la fluidité pour une carte, voyons comment étendre cette notion au deck pour en faire notre première grandeur. Cela est relativement simple, il faut prendre en compte pour chaque carte du deck son nombre d'exemplaire et sa fluidité. On multiplie la fluidité de la carte par son nombre d'exemplaire pour obtenir l'influence que cette carte a sur la fluidité du deck.

influence carte = fluidité de la carte x nombre d'exemplaires de la carte

Prenons le cas général dans lequel un deck contient 50 cartes. En faisant la somme des influences de chacune des cartes j'obtiens un nombre compris entre 0 et 50. La fluidité du deck est égale à la somme des influences des cartes divisée par 50 et sera donc comprise entre 0 et 1.

Sous forme de pseudo relation algébrique, on obtient :

fluidité carte = génération ressource adéquate / coût carte
influence carte = fluidité carte x nombre d'exemplaire
fluidité deck = Somme des influences / 50

Exemple :
prenons un deck  Aragorn, Dénéthor, Béravor de 50 cartes avec l'Intendant du Gondor en 3 exemplaires. Supposons que toutes les autres cartes du deck ont une fluidité de 1.

fluidité Intendant = 1 / 2 = 0,5
influence Intendant = 0,5 x 3 = 1,5
les autres cartes ont une fluidité de 1, donc la somme de leur  influence est de 47

la fluidité du deck est : (47 + 1,5) / 50 = 48,5 / 50 = 0,97


Interprétation de la fluidité :

Maintenant que l'on sait calculer une fluidité de deck, voyons voir ce que l'on va pouvoir en faire.

En soit, les decks sont comparables entre eux sur la base de la fluidité même s'il manque encore de la pertinence à cette comparaison. Plus la fluidité d'un deck est grande plus sa mise en jeu est rapide. A titre personnel je joue sans condition des decks ayant une fluidité de 0,9 et je ne joue que sous condition des decks ayant une fluidité comprise entre 0,7 et 0,9. Ces decks sont jouables à condition d'avoir de la génération de ressources ou des moyens de mise en jeu parmi leurs cartes support. En dessous de 0,7 il faut jouer avec l'artillerie lourde des cartes support : Elrond + Vilya ; Thurindir + la tempête vient ; une bonne récolte... à moins de ne jouer que « Passage dans la forêt noire ».  Wink


2 Le coût total

Plusieurs grandeurs basées sur le coût des cartes utilisées dans le deck sont intéressantes. Pour des decks multi sphère, on peut calculer le coût total des cartes par sphère. Le coût total d'une sphère est la somme du coût des cartes de cette sphère présentes dans le deck. Le coût total par sphère sera calculé en tenant compte de l'unicité des cartes et de leur nombre d'exemplaire. Si je joue l'allié Faramir en 3 exemplaires, il ne comptera que pour 4 dans le coût total de la sphère Commandement. Si je joue l'allié archer du cours d'argent en 2 exemplaires, il comptera pour 6 dans le coût total de la sphère Commandement.


Interprétation du coût total :

Le coût total par sphère permet de s'assurer de l'équilibre de la répartition des ressources.

Exemple : j'ai un deck bi-sphère avec deux Héros Connaissance et un Héros Commandement.
Coût Total Commandement = 25
Coût Total Connaissance = 47
Coût Total Neutre = 11

J'ai une répartition de ressources bien équilibrée pour ce deck car j'ai besoin de quasiment deux fois plus de ressources Connaissance que de ressources Commandement et qu'à chaque tour je génère deux ressources Connaissance pour une ressource Commandement. Si par contre ce deck avait été construit autour de deux Héros Commandement et un Héros Connaissance là j'aurai eu un problème  d'équilibre de la répartition des ressources ; problème qui se corrige par une refonte du deck, l'ajout de cartes support ou le changement d'un Héros.

Dans les cas litigieux, le Coût Total permet également de déterminer sur quel Héros l'Intendant du Gondor sera le plus intéressant.


3 Le coût moyen

A partir des coûts total par sphère on calcule le coût total du deck puis le coût moyen d'une de ses cartes.

CT Deck = CT Commandement + CT Connaissance + CT Energie + CT Tactique + CT Neutre
CT : abréviation pour Coût Total

Coût Moyen = CT Deck / 50

Le Coût Moyen donne une idée du nombre de cartes jouables par tour. A chaque tour le deck génère 3 ressources. Il pourra donc mettre en jeu : 3 / Coût Moyen cartes.


Interprétation du coût moyen :

Si le coût moyen est faible (<1.25) le deck aura une main du joueur qui se videra vite, il faut dans ce cas prévoir des cartes supports de pioche pour garnir sa main de cartes. Si le coût moyen est au contraire élevé (>1.8) les cartes s'accumuleront dans la main du joueur et pour mieux se déployer le deck aura besoin de cartes supports générant des ressources.


4 La puissance

Je définis la puissance d'un personnage comme étant la somme de sa volonté et de son attaque.  Pour un deck je peux également calculer une puissance qui est la somme des volontés et des attaques des personnages qui le composent, en tenant compte de leur unicité. Un personnage unique n'est pris en compte qu'une fois quelque soit le nombre d'exemplaires de sa carte présent dans le deck.

Exemple :
je joue un deck Aragorn Théodred Beravor avec les alliés Gandalf, Faramir, Garde de la citadelle chacun en 3 exemplaires.

La puissance des Héros est : (2+3) + (1+2) + (2+2) = 12
La puissance des Alliés est : (4+4) + (2+1) + (1+1) x 3 = 17
La puissance du deck est : 12 + 17 = 29

Il peut être intéressant de séparer la puissance en une puissance de volonté et une puissance d'attaque.

Puissance Volonté Héros (PVH) = 2 + 1 + 2 = 5
Puissance Attaque Héros (PAH) = 3 + 2 + 2 = 7

Puissance Volonté Alliés (PVA) = 4 + 2 + 1x3 = 9
Puissance Attaque Alliés (PAA) = 4 + 1 + 1x3 = 8

on peut introduire deux sous puissances :

celle de la volonté, PV = PVH + PVA = 5 + 9 = 14
celle de l'attaque, PA = PAH + PAA = 7 + 8 = 15

Puissance = PVH + PAH + PVA + PAA = 5 + 7 + 9 + 8 = 29
Puissance = PV + PA = 14 + 15 = 29


Interprétation de la puissance :

Il est évident que plus un deck a une puissance élevée, plus il a de chance de surmonter les difficultés que le deck de Rencontre lui enverra. Généralement un deck avec une forte PVH jouera une partie en moins de tours qu'un deck avec une PVH plus petite. En particulier une PVH élevée permet de construire des decks dans les quels le nombre de cartes protectrices pourra être réduit. Dans l'état actuel du jeu, il est recommandé à tout deck de pouvoir déployer rapidement une PA d'au moins 7. Ne pas oublier lors de la comparaison de decks que la PVH et la PAH sont en jeu dès le début de la partie.


La Puissance, le coût d'une carte, la fluidité sont des notions importantes mais au final il manque un petit quelque chose pour lier le tout ou le rendre plus pertinent. Ce quelque chose sera l'objet de ma troisième et dernière méthode d'évaluation d'un deck. A ce stade deux decks ayant une même fluidité, une même puissance de mêmes coûts paraissent équivalents mais ce n'est pourtant pas forcément le cas.


Dernière édition par Noodles le Dim 20 Aoû 2017 - 16:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Noodles
Maréchal de la Marche
Noodles


Date d'inscription : 02/04/2013

Méthodes d'évaluation de decks Empty
MessageSujet: Re: Méthodes d'évaluation de decks Méthodes d'évaluation de decks EmptyJeu 17 Aoû 2017 - 14:18
Méthode expérimentale : démarche scientifique qui consiste à contrôler la validité d’une hypothèse au moyen d’épreuves répétées, au cours desquelles on modifie un à un les paramètres de situation afin d’observer les effets induits par ces changements.

Ce qui manque aux grandeurs pour caractériser plus finement un deck est une simulation de fonctionnement de celui ci. Pour être représentative du deck cette simulation doit s'affranchir de la quête. En effet ajouter l'aléa d'une sortie des cartes d'un deck de Rencontre à l'aléa de sortie des cartes du deck à évaluer ne peut qu'ajouter du bruit inutile à l'expérimentation. La simulation consiste donc à jouer le deck pour évaluer l'efficacité de son déploiement sans l'opposé à une quête. Le tour de jeu de simulation est réduit aux phases de Ressource, d'Organisation et de Restauration en y ajoutant toutes les actions et réponses souhaitées et présentes dans le deck. A la fin de la simulation, un calcul de la vitesse de déploiement de la puissance du deck permet de le caractériser.

Quelques définitions :

Puissance déployée :

J'appelle Pdep la puissance déployée d'un deck. C'est la puissance mise en jeu par ce deck à la fin d'un tour. Je considère chacun des personnages en jeu et je fais l'addition de leur volonté et de leur attaque pour obtenir la Pdep.

Puissance instantanée :

J'appelle PI la puissance instantanée fournie par le deck pendant un tour. La PI est un bonus momentanée de puissance généré par le deck pendant l'exécution d'un tour de jeu.

Exemple :
Courage Inattendu accorde un bonus de PI si le Héros attaché part en quête puis effectue une attaque ou effectue 2 attaques dans le tour ; Gandalf accorde un bonus de PI quand il entre en jeu par Attaque Furtive ou quand il est joué de sa main car il ne reste pas en jeu etc


Mode opératoire d'évaluation d'un deck :

1) Mise en place = pioche de la première main avec mulligan possible

2) Répéter n fois (n = nombre de tours de la simulation) :

a. Phase de Ressource
b. Phase d'Organisation
c. Actions et Réponses jouées
d. Calcul de PI(n), la PI générée pendant le tour n
e. Phase de Restauration

3) Calculer la Pdep à la fin du dernier tour de la simulation

4) Calculer la puissance totale générée par le deck. PG = Pdep + PI(1)+ PI(2)+...+PI(n)

5) Calculer la puissance déployée par tour : PDT = PG / n


Pour un deck, je calcule plusieurs PDT en effectuant plusieurs simulations de fonctionnement. Je ne tiens pas compte de la plus grande ni de la plus petite des valeurs de  PDT calculées. Je calcule la moyenne des PDT restantes. Cela me donne l'augmentation moyenne de puissance attendue à chaque tour (APT) pour le deck considéré. Cette augmentation moyenne de la puissance attendue caractérise le deck. Sur la base d'une APT calculée sur un même nombre de tours de simulation (n), les decks peuvent être comparés entre eux. Plus APT est importante plus le deck déploie rapidement sa puissance.

Reste à fixer n. Je prends n=5 car arrivé à ce nombre de tours la partie est déjà  bien engagée voir même parfois terminée. Je ne prends en compte le niveau de menace que pour des decks spécifiques : Boromir, Secret, Vaillance, Maudit.

Les plus tatillons sépareront les différentes puissances (Pdep, PG, PDT, APT) en deux puissances : celle de la volonté et celle de l'attaque.
Revenir en haut Aller en bas
Legorn
Brasseur de la Comté
Legorn


Date d'inscription : 20/02/2019

Méthodes d'évaluation de decks Empty
MessageSujet: Re: Méthodes d'évaluation de decks Méthodes d'évaluation de decks EmptyDim 3 Mar 2019 - 19:18
Je viens de découvrir ce sujet, qui a fait peu d'émoi apparemment ^^
Mais j'ai absolument tout lu et ça me plait beaucoup ^^
ça me donne envie de faire des fichiers excels où je calculerai tout ça ^^ pour mes decks ^^

Mais du coup j'ai une question, as-tu toi-même fait un fichier ? Ou quelqu'un ? Qui me ferait gagner du temps ?
Revenir en haut Aller en bas
Noodles
Maréchal de la Marche
Noodles


Date d'inscription : 02/04/2013

Méthodes d'évaluation de decks Empty
MessageSujet: Re: Méthodes d'évaluation de decks Méthodes d'évaluation de decks EmptyVen 22 Mar 2019 - 18:15
Yep !

Je t'ai répondu un peu à la va vite par MP ; j'ai effectivement pour le calcul des grandeurs des formules dans une feuille de tableur.

Par contre rien pour la méthode expérimentale.

Si tu es toujours intéressé par une feuille de tableur OpenOffice Calc, fournis moi une adresse mail par MP que je t'envoie tout ça.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





Méthodes d'évaluation de decks Empty
MessageSujet: Re: Méthodes d'évaluation de decks Méthodes d'évaluation de decks Empty
Revenir en haut Aller en bas

Méthodes d'évaluation de decks

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Seigneur des Anneaux JCE :: Fondcombe :: Idées et Discussions-